Mes achats soldes : surconsommation ?

La colère à été reportée sur les blocages des fameux gilets jaunes, et des casseurs assimilés qui, en s’incrustant dans les manifestations pacifiques, ont fait fermer bien des rideaux de boutiques, tous les samedi, dès le matin, par peur des dégâts pouvant être occasionnés, et ce à juste titre.

Ce mercredi 11 janvier à noté le début des soldes d’hiver 2019. En cette fin d’année les commerces ont souffert d’une grande dégradation de leur chiffre d’affaire, ils s’en plaignent énormément. Certainement à juste titre, c’est leur business, ce qui les fait vivre après tout.

La consommation qui, avant les fêtes de fin d’année explose donc chaque année, à été drastiquement ralentie. Les fautifs tout trouvés. Vraiment ? Pas si sûr.

Si vous avez lu mon article du 19 décembre concernant les excès autour des repas de fêtes et des cadeaux échangés à cette occasion, vous savez déjà que la surconsommation est quelque chose que j’évite au maximum. Il y a plein de raisons à cela, comme l’écologie ou les finances, et je ne vais pas les lister ici. Cependant, je remarque avec grand plaisir que je ne suis pas la seule à avoir des prises de conscience de plus en plus régulières, et je suis certaine que cela joue énormément dans la balance.

Pendant que les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres, certains achètent naturellement toujours plus sans jamais se poser de question, quand d’autres voudraient pouvoir faire de même mais sont bloqués dans leur élan par leur banquier.

Pourtant, le monde ne se divise pas en deux bloques distincts, le bien et le mal, le manichéisme dans toutes situations. Le pouvoir d’achat est bien, en mon humble avis, la pièce maitresse de l’effondrement qui s’opère et les emplettes d’une grande partie de la population ne se sont pas fait sereinement mais en comptant les centimes.

Comment dépenser toujours plus quand on gagne de moins en moins ? En faisant marcher les banques et les organismes de crédit ? Sauf pour cas exceptionnels tels que l’acquisition d’un logement ou d’un véhicule, je suis certaine que les crédits à la consommation sont un piège machiavélique dans lequel il n’est pas bon de tomber. Le début de la fin, en somme.

Nous avons tous en tête les images dont les journaux télévisés nous martèlent chaque année lors des ouvertures biannuelles des soldes. Des personnes comme vous et moi adoptent le comportement d’animaux, devrais-je dire de charognards, qui se bousculent, se battent pour des cadavres sous formes d’invendus.

Alors oui, certains commerçants ont demandé à avancer la date de début des soldes pour éviter une rupture de leur chiffre d’affaire. Cette demande à été refusée, mais maintenant que les soldes ont commencé, on peut légitimement se dire que ce n’aurait rien changer.

En effet, je n’ai pas été mercredi, ni samedi d’ailleurs, me précipiter dans les centres commerciaux afin d’étayer ma théorie, car prendre le risque d’entrer dans cette jungle une première semaine de soldes, très peu pour moi, c’est comme éviter les supermarchés le samedi, ce sont des règles simplissimes pour éviter de se frotter à ce que l’humanité à de pire.

J’ai bien du mal à concevoir que certains prennent plaisir à se faire bousculer sans recevoir un mot d’excuse (ce qui est devenu la norme), à faire la queue debout durant des lustres au fastfood ou au cinéma pour finalement commander un menu ou un ticket à une borne dans un environnement où les décibels rivalisent (presque) avec un concert de rock…

Pour ceux qui préfèrent aller au restaurant, pendant cette période toujours, les serveurs sont débordés, je leur souhaite bonne chance pour en trouver un à l’écoute. Vous l’aurez compris, j’ai tendance, autant que faire ce peut, à éviter les foules. Certains aiment cette ambiance (rien n’est moins sûr), mais pour les autres, faire les soldes, c’est surtout un moyen de faire de bonnes affaires !

 » – Mais alors, Justine, tu n’as pas envie de faire des affaires ? Parce que si tu n’aimes pas la foule, les soldes se font aussi via internet ! »

En réalité, je ne suis pas convaincue que faire les boutiques soit synonyme de faire des économies, que ce soit en magasin ou en ligne (outre le fait d’acheter quelque chose que je n’ai ni réellement vu ou toucher, et encore moins essayer… ) en tout cas dans mon raisonnement personnel.

Lorsque je me fait happer par mail spam qui promet monts et merveilles (rarement heureusement : ne jamais au grand jamais cliquer là-dessus), j’ai cette sensation hyper désagréable de m’être fait piégée lorsque je relève la tête, perplexe, à la fois fière de moi car je n’ai finalement pas rentré mes numéro de carte pour valider la commande, et très déçue d’avoir perdu x temps de ma vie en remplissant un panier virtuel avec des choses allant bien à des mannequins à qui je n’ai pas envie de ressembler.

Parallèlement, les prix me paraissent toujours trop chers, même à -70% ! Radine ? Pas du tout ! Mais je privilégie d’autres choses aux fringues, chaussures ou petit électroménagers inutiles. Si les enseignes peuvent se permettre d’appliquer des rabais de ce type, alors qu’en France il est interdit de vendre à perte, qu’en est-il des marges exorbitantes qu’elles doivent se faire en tant normal ?

Quelle est la qualité de ses produits ayant traverser le monde, et dont les usines ne connaissent respectent pas les normes sanitaires françaises ? Certes, on recommande toujours de laver un vêtement neuf avant de le porter la première fois, mais est-ce bien suffisant ?

Et cette population de travailleurs, d’enfants, travaillant x heures par jour dans des conditions dignes d’une caricature du film Les Temps modernes… Presque un siècle plus tard, de l’autre côté du monde.

 » – Alors quoi ? Est-ce un coup de gueule ? « 

Non, vraiment pas, mais ça vaut le coup de s’interroger non ? Tout cela pour quoi, sérieusement ? Avoir des armoires qui débordent ? Jeter des habits quasi neufs tous les six mois parce que la mode à changer qu’ils nous plaisent plus ? Ah non pardon, devrais-je dire « faire le tri », plus politiquement correct, on va éviter de froisse quelqu’un (surtout si ce quelqu’un à eu le courage de me lire jusqu’ici… ).

Nous sommes tous dans le même cas, je suis à des années lumière d’être un fashionista mais je dois bien avouer que vu que je n’aime pas jeter, les années passant, j’ai accumuler une jolie pile de t-shirts, alors que je porte toujours les mêmes, ceux dans lesquels je me sens le mieux. Stupide non ? Je sais…

Je ne suis pas à la mode à tel point que j’aime régulièrement porter la jupe boulochée et le t-shirt détendu et tâché que je portais lors de mon premier rencard avec mon mari il y a maintenant dix ans de cela, et cela lui plaît autant qu’à moi. Un peu nostalgique, je sais que je les aurais encore dans dix ans, et même si j’aurais peut-être l’air ridicule à 40ans avec une jupe d’écolière et un t-shirt représentant Betty Boop, qui m’allais si bien à 18ans… Ils ne resterons pas au placard !

 » – Alors ça veut dire que tu n’es pas tenté par les soldes cette année ? « 

Si, bien sûr que si.

Je ne dis pas que je ne vais pas craquer sur un ou deux nouveaux t.shirts qui me font de l’œil depuis des mois chez Undiz… Même si c’est vraiment pas nécessaire, mais alors vraiment pas …

Je ne sais pas. Je crois que je suis encore plus fière de moi quand je ne fait pas de bonnes affaires que quand j’en fait, car il y aura beau avoir écrit -50% ou mieux sur l’étiquette, je serais toujours obligée de sortir la carte bleue non ?

Faites vivre vos vêtements comme vos rêves.

N’oubliez pas de me dire si vous avez succomber aux soldes, et si oui ce que vous vous êtes offert.

Publié par

enviesdefamille

Jeune femme qui apprécie la lecture et l'écriture, j'ai abandonné le blogging il y a bien longtemps en pensant que c'était pour les adolescents / jeunes adultes. Aujourd'hui, je le redécouvre, étonnée de m'être à ce point trompée. Le blogging à évoluer avec notre génération et il s'est démocratisé. Il faut chercher et s'y perdre, mais des pépites s'y trouvent. Je souhaite être l'un d'entre elle à vos yeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *