Le mariage : qu’est ce que ça change ?

Le mariage est l’union conjugale de deux êtres : il est le fondement de l’unité familial.
Mais ça, c’était avant ? Aujourd’hui, à-t-on toujours besoin de se marier, ou seulement l’envie ?
En réalité, qu’est ce que ça change ? Et surtout, qu’est ce que cela à changer pour nous ?

Le mariage c’est un rituel, un contrat, civil, et/ou religieux, c’est-à-dire auprès de la société, et/ou auprès de Dieu.
Les deux partis du couple se promettent bien des choses en ce moment précis, de s’aimer, d’être fidèle, de prendre soin l’un de l’autre, d’assumer la responsabilité d’époux et de parents dans ce nouveau foyer que l’on va créer. Bien sûr que l’on y croit. Il y a du stress, de l’euphorie, mais tellement d’amour.
C’est après que ça se corse. Pourtant, dans les contes de fées, c’est simple : « ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants ». Comme si c’était l’aboutissement de tout, ou peut être qu’en lisant entre les lignes ça voudrait dire qu’ils sont heureux … Mais le mariage rend il heureux ?
Lorsque l’on lit que 45 % des mariages finissent par un divorce, on peu en douter..
Le philosophe Friedrich Nietzsche disait que « le mariage c’est la volonté à deux de créer l’unique ».
Nous étions en couple et amoureux depuis déjà sept ans lorsque nous nous sommes mariés, cela fait un peu plus de deux années maintenant, et nous avons eu envie de nous replonger dans se grand bonheur, seuls au monde.
Pour nous, ce mariage est une façon de dire oui au bonheur. Nous avons enlevé ma robe de mariée et le costume-cravate de Monsieur de leur housse de protection, et nous avons simplement décidés de les faire revivre le temps d’une séance photo.
Deux ans après, le corset de ma robe est bien plus serré, son pantalon aussi.. il paraît que le mariage fait prendre du poids … chez nous, cela se confirme (un peu!), mais bon, nous n’avons plus 18ans.
Nous nous sommes réveillés en bien avant que le soleil ne pointe le bout de son nez. Dehors il faisait nuit noir. Arrivés sur la plage, il faisait encore frais. Nous avons placé le miroir en pied que nous avons choisi comme accessoire, et profitions de cette lune bien visible, de ce ciel étoilé, avec comme objectif que ces quelques photos relatent au mieux que l’amour que l’on ressentait il y a deux ans est toujours présent.
Le oui que l’on doit prononcer en ce jour à une valeur particulière, il est réfléchi, il est savouré et savoureux. Ce n’est pas une promesse en l’air. Il faut être conscient de la difficulté du mariage, de la vie, du quotidien ensemble.
Il est pour moi primordial de bien se connaître avant de devenir mari et femme. Mon mari à demander ma main à mon papa lorsque nous avions 18 ans, et que nous étions en couple depuis seulement quatre mois. Nous étions jeunes et j’avais estimer qu’il avait son mot à dire … Ai-je eu raison ou tord, je ne saurais jamais, mais il à dit non.
Est-ce que cela allait trop vite ? En tout cas, cela à renforcer notre volonté de créer ensemble un couple solide, d’attendre le temps qu’il faudra. Nous avons grandi et évoluer ensemble, nous avons franchi maintes étapes en nous soutenant l’un l’autre.
Il n’a jamais refait sa demande. Fiancés depuis sept années, c’est moi qui ait remis le sujet sur la table, on serait peut être rester dans cette situation encore très longtemps si je n’étais pas intervenue, mais je voulais être sa femme. Nous habitions ensemble depuis cinq ans. Vingt-cinq ans, plus besoin de consentement. J’ai décider d’appeler mon papa pour lui annoncer notre décision, et il avait l’air très heureux … question de timing ?
Nous avons donc créer l’unique, l’unicité de notre couple, la somme de nos volontés à être ensemble … je trouve cela si beau.
L’écrivain Albert Camus disait que « ceux qui aiment la vérité doivent chercher l’amour dans le mariage : c’est-à-dire l’amour sans illusions ».
S’il y a bien une chose qui me paraît certaine, c’est que l’on pourra faire tous les efforts du monde, on ne pourra pas changer l’autre. En partant de là, on se dit que l’on peut évoluer, apprendre, grandir, mais surtout respecter celui que l’on aime pour qui il est réellement.
Il paraît peux être plus évident d’aimer son sang sans condition, je pense à ses parents qui défendent leurs enfants becs et ongles même quand ils font de mauvaises choses, ou inversement.
J’entends parfois que « la famille, c’est compliqué », je pense que les relations externes à la familles paraissent moins compliquées pour la simple raison qu’il est plus facile de s’en défaire.
Cela se passe mal avec une amie ? Ce n’est pas si grave, tu pourras toujours t’en faire d’autres.
Cela se passe mal avec ton conjoint ? C’est pas grave, change-en ! Il y a tellement de célibataires, il y en aura bien d’autres qui te conviendrons mieux …
Il faut arrêter de se faire des illusions : il y aura beaucoup de haut mais aussi bien des bas, et c’est tout à fait normal.
Personne n’est parfait et votre partenaire n’est pas vous, même si parfois on se dit qu’il nous connaît mieux que nous-même, il n’est pas dans votre tête à ce moment précis, il n’a pas vécu la même journée que vous et la raconter ne suffira quelques fois pas à décrire votre état d’esprit.
L’amour dans le mariage, ce n’est pas un amour sans faille, mais après cette promesse solennelle, on se doit de tout faire pour que notre couple dure.
Attention, il ne s’agit pas de subir et d’être malheureux. Il s’agit plutôt de se parler, encore et encore, de s’écouter, surtout, mais bien plus, de réellement tout faire pour essayer de se comprendre au mieux, pour avancer, ensemble.
Je finirai donc par une citation de l’actrice Nadine de Rotschild : « le mariage, c’est comme un long voyage en mer pendant lequel il faut être suffisamment habile pour passer le cap dans la tempête. L’idéal est d’arriver, poussé par le bon vent, dans la baie de la tranquillité ».
Le mariage n’a rien changer à notre relation au quotidien, mais il nous aide à être plus fort quand ça va mal.
On se rappelle cette promesse, et on se rappelle qu’elle nous engage à vie, et elle nous aide à trouver la force d’avancer dans les mauvais moments.
Et après tout, il est bien plus facile de se séparer que de divorcer, cela fait réfléchir …

Publié par

enviesdefamille

Jeune femme qui apprécie la lecture et l'écriture, j'ai abandonné le blogging il y a bien longtemps en pensant que c'était pour les adolescents / jeunes adultes. Aujourd'hui, je le redécouvre, étonnée de m'être à ce point trompée. Le blogging à évoluer avec notre génération et il s'est démocratisé. Il faut chercher et s'y perdre, mais des pépites s'y trouvent. Je souhaite être l'un d'entre elle à vos yeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *