Les cadeaux et le repas de Noël : toujours plus ?

La magie de Noël, quand on est enfant, c’est le sapin, bien sûr, les illuminations, aussi, le calendrier de l’avent… donc l’attente. Mais l’attente de quoi ? Du moment où la famille se réunis ? Pour beaucoup, sûrement. Mais pour la plupart, c’est l’attente des cadeaux !

Il faut dire qu’on leur à construit tout un compte de fées depuis tous petits, auquel on a nous même aimé croire, plus ou moins longtemps, et aimer faire semblant de croire encore, pour que cet émerveillement dure encore un peu plus.

Tout l’enjeu de ce compte de transmis par la société et les parents, c’est de rendre les enfants sage par du chantage. Hé oui, si t’es sage, tu auras des cadeaux, sinon tu n’en auras pas. Ou mieux : plus tu seras sage plus tu auras ce que tu voudras… faut il encore pouvoir faire avec les moyens des parents et du pouvoir d’achat des français, surtout actuellement…

C’est bien connu, les enfants des riches sont loin d’être les plus sages et pourtant ils ont les cadeaux les plus chers. Sauf qu’il y a chers dans le sens onéreux et chers dans le sens chers à notre cœur. Et c’est là qu’il faut souligner la différence. Un cadeau coûteux ne seras pas forcement celui qui plaira le plus.

Quel enfant n’aime pas les jouets ? Quel adolescent n’aime pas les consoles ? Oui, enfant, la liste au père Noël est souvent bien longue. Mais on ne pourra pas tout avoir. Discrètement ou non, on nous invite à faire des choix.

Et une fois adulte… quand on se rend compte du prix de la vie, la magie de Noël prend une sacrée claque. Je ne vais pas lister les dépenses mensuelles obligatoires, vous mêmes savez, mais, d’un coup, on aimerait vraiment qu’il existe, le Père-Noël, et pas pour amener une Barbie ou des Playmobiles, on est d’accord.

Pour le repas, c’est la même orgie ! Très franchement, se faire plaisir sur des aliments qu’on évite de se payer le reste de l’année, je peux admettre que c’est sympa. Mais il faut savoir que le plaisir gustatif est plus intense lorsque on a faim. Une fois rassasiés, le plaisir diminue progressivement pour arriver à cette sensation de satiété qui, au quotidien, nous sauve la mise en nous évite un surplus pondéral. Les aliments perdent alors en saveurs. Le corps humain est une machine formidable si on sait l’écouter.

Cela veut dire alors que durant un repas de fête, souvent démesuré, qui s’étale sur une bonne partie de la nuit, les 20 minutes du repas lambda n’exxistent plus. Votre effet de satiété arrivera vite. Vous aller adorer les toasts, l’entrée sera bonne, mais malgré une avalanche de plats d’exceptions, vous n’aurez plus faim. C’est quand même dommage de prendre de moins en moins de plaisir en se rapprochant du dessert… Pourtant bombe calorique faite de gras et de sucre.

Nous allons donc manger trop, plus ou moins naturellement, car certains sentirons qu’ils se forcent, d’autres moins, emportés par la frénésie ambiante, parce qu’ils sont en famille, et que les maîtres de maison se sont donnés beaucoup de mal pour les préparatifs. On mange quitte à s’en donner mal au ventre, et le regretter les jours suivant.

Pourquoi autant d’opulence ce jour-ci précisément ? Les protestants et les catholiques ont quelque chose à fêter, la fête de la Nativité est très importante. Certes, c’est même leur fête avant tout, mais on sera d’accord que les pratiquants ne sont pas partisans de cette débauche.

Cette fête à été repris par la société de consommation, les marques et leurs publicités, mais est-ce vraiment pour le meilleur ? Elle est bien loin d’époque de nos parents et grands-parents qui nous racontaient être si heureux et fiers de recevoir une orange à Noël.

Qu’en pensez-vous ?

Avez-vous besoin de toute cette débauche pour réussir vos fêtes ?

Aimez-vous l’esprit de Noël quand tout est démesuré ou dans la simplicité ?

Peu importe la façon dont vous les fêterez, je vous souhaite de passer un très bon moment…

C’était juste un petit point sur mes pensées de ces dernières années envers ces fêtes.

Joyeux Noël à tous !

Publié par

enviesdefamille

Jeune femme qui apprécie la lecture et l'écriture, j'ai abandonné le blogging il y a bien longtemps en pensant que c'était pour les adolescents / jeunes adultes. Aujourd'hui, je le redécouvre, étonnée de m'être à ce point trompée. Le blogging à évoluer avec notre génération et il s'est démocratisé. Il faut chercher et s'y perdre, mais des pépites s'y trouvent. Je souhaite être l'un d'entre elle à vos yeux.

2 réflexions au sujet de « Les cadeaux et le repas de Noël : toujours plus ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *