Les méthodes de contraception masculine

Le préservatif :

Il s’agit donc d’une protection sous forme de gaine en latex, ou en polyuréthane pour les allergies au latex, qui se déroule sur le pénis  en érection avant toute pénétration. Le principe est de faire une barrière physique entre le pénis et le col de l’utérus.

Le préservatif est le moyen de contraception le plus connu et le plus répandu, il est également le seul à protéger contre les maladies sexuellement transmissible et les infections sexuellement transmissible.

Il est à usage unique et peut être utilisé par tous les hommes ! Son efficacité théorique est très élevé : 98 %, mais en condition réelle, un préservatif qui craque au moment crucial est quelque chose qui arrive, et le taux d’échec est alors ramené à 15 %… ce qui n’est pas rien !

La contraception hormonale :

Il n’y a toujours pas de pilules masculine, bien que de nombreuses recherches soient en cours, pourtant, il y a bien une contraception hormonal qui amène des résultats satisfaisants : il s’agit de l’énanthate de testostérone sous forme d’injections. 

Deux praticiens seulement la prescrivent, elle n’est pas accessible à tout les coins de rue !

Cette méthode serait efficace dans 98 % dans cas, avec des résultats supérieurs quand la progestérone est associée à la testostérone, mais il y a des risques de gynécomastie, qui est un développement excessif des glandes mammaires. 

Il peut y avoir des douleurs liées aux injections, mais aussi des effets secondaires liés aux hormones comme pour la pilule féminine avec de l’acné, une prise de poids, une libido plus importante ou encore des troubles émotionnels. 

Il y a des contre indications comme des antécédents cardiaques ou psychiatriques. Sans antécédents, il faut tout de même éviter d’utiliser cette méthode plus de 18 mois car elle est loin d’être sans risques, notamment prostatique. 

Il faut aussi prendre en compte que cette méthode peut mettre un à trois mois avant d’agir, il faut donc utiliser une autre méthode de contraception en début de traitement.

La contraception thermique :

Elle s’appuie sur le constat que les testicules ont besoin d’être à une température moindre à celle du corps pour pouvoir produire des spermatozoïdes de qualité.

Différentes choses comme prendre un bain bouillant quotidien entre 41 et 47°C ou porter des boxers chauffant 15h par jour réduirait donc la fertilité de ces messieurs, mais les tests ont été effectués sur seulement très peu de volontaires, la fiabilité de la méthode n’est donc pas établie du tout !

Le retrait :

Le retrait est une méthode de contraception considérée comme naturelle car non hormonale et non invasive. Cela consiste tout simplement, au moment où l’homme s’apprête à jouir pendant le rapport, à retirer son pénis du vagin de la femme avant l’éjaculation. 

Cette méthode à un taux d’échec plus important que les autres et est donc considérée comme peu fiable, car dans plus d’un cas sur cinq une grossesse arrive. En effet, le liquide pré-séminale, sécrété bien avant l’orgasme quand monsieur est excité, contient un peu de spermatozoïdes, et il ne faut pas éjaculer trop près du vagin car les spermatozoïdes sont très mobiles et feront tout leur possible pour retrouver leur chemin ! 

Elle est recommandée seulement aux couples ayant une situation stable et se sentant prêt à accueillir un enfant si conception il y avait. Elle à l’avantage d’être gratuite, mais attention, la femme doit avoir totalement confiance en la connaissance que l’homme à de son propre corps, car il doit se retirer au bon moment !.

La vasectomie :

C’est une méthode de contraception définitive:il s’agit d’une opération courte de 15 minutes consistant à couper les canaux qui transportent les spermatozoïdes produits dans les testicules. 

Elle est irréversible, donc un délai de réflexion de 4 mois est obligatoire, mais en principe, elle n’est pas réservée aux hommes ayant déjà eu des enfants. 

Elle est efficace à 99.8 %, mais n’est pas instantanée, il faut attendre un délais de 3mois pour être certain que le sperme ne contienne plus de spermatozoïdes, et donc se protéger pendant ce temps grâce à un autre moyen de contraception.

La production d’hormones reste inchangée, il n’y a donc pas d’impact sur l’érection ou l’éjaculation, et le volume de celle-ci reste le même.

Publié par

enviesdefamille

Jeune femme qui apprécie la lecture et l'écriture, j'ai abandonné le blogging il y a bien longtemps en pensant que c'était pour les adolescents / jeunes adultes. Aujourd'hui, je le redécouvre, étonnée de m'être à ce point trompée. Le blogging à évoluer avec notre génération et il s'est démocratisé. Il faut chercher et s'y perdre, mais des pépites s'y trouvent. Je souhaite être l'un d'entre elle à vos yeux.

4 réflexions au sujet de « Les méthodes de contraception masculine »

  1. Très interessant comme article, même si je ne me vois pas utiliser aucune de ces contraceptifs sur mon homme. Je suis obligé d’être sous un contraceptif, pour des raisons de santé, donc je ne lui demanderai pas de l’être aussi. Mais ton article peut aidé des femmes qui ne tolèrent pas les contraceptifs 🙂

    1. Merci Claire, c’est vrai que même si ce n’est pas dans le but d’en faire profiter à nos hommes, c’est toujours intéressant d’en savoir plus juste au cas où, et pour notre culture aussi ! Par contre c’est vraiment dommage d’être obligée d’être sous contraceptif pour raison de santé, courage..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *